Coupe de France de robotique 2017!!!

L’heure est arrivée de vous parler de la coupe !!

Nous sommes partis de l’ESTIA le mercredi 24 mai 2017 aux alentours de 10h pour arriver à La Roche-sur-Yon vers 16h30.

Le départ fut difficile. Un robot principal en morceaux et un robot secondaire non homologable… mais pas de temps à perdre ! L’équipe s’est rapidement mise au travail et a travaillé toute la nuit pour que le robot secondaire soit capable de marquer un point et d’être homologué. Nous avons réussi l’homologation statique mercredi soir (dimensions respectées et composants du robot non dangereux) et jeudi matin l’homologation dynamique (robot capable de sortir de l’emplacement de départ, de marquer au moins un point et d’éviter les autres robots). Quelle joie ! Nous avons même chanté pour l’occasion 😉

  

( de gauche à droite: Jonathan Quilles, Axel Simon, Thibault Martin, Raphaël Ollando, Audrey Porcher, Adrien Painchault)

Jeudi 25 mai 2017, premier match. Notre stratégie se concentrait sur la récupération de modules grâce aux 4 pinces du robot afin de marquer le plus de points possibles. Le robot n’a malheureusement pas réussi à attraper de module au premier tour mais a marqué 35 points (15 car il est sorti de la base et 20 grâce à la « funny action »). Un peu plus tard dans l’après-midi, 2e match et de nouveau 35 points. Le problème ? Le robot était instable et ne nous permettait pas de nous déplacer en ligne droite de façon précise. Solution ? Nous avons démonté le robot, changer les roues et autres composants pour que le robot fonctionne le mieux possible. Et de retour à nos ordinateurs nous avons réfléchi à une stratégie et avons marqué 37 points au 3e match (1 module dans la base) ! Au 4e match nous nous sommes encore améliorés et avons marqués 39 points (2 modules dans la base). Enfin, au 5e match nous avons tenté une nouvelle stratégie, mettre un module dans une des rainures pour marquer plus de points. Malheureusement le robot a dévié après avoir pris le module et nous avons donc marqué 35 points.

        Au final, Estia System se classe 53e sur plus de 140 équipes !! Mais nous retenons surtout les différentes aventures vécues pendant ces 5 jours. Nous avons énormément progressé en mécanique, électronique et informatique et avons pris beaucoup de plaisir à travailler tous ensemble. Nous avons aussi eu l’occasion de partager avec les équipes, de rencontrer d’autres passionnés de robotique et de découvrir de nouvelles technologies. L’ambiance de la coupe était géniale et nous avons déjà hâte de revenir!

(de gauche à droite: Axel Simon, Jonathan Quilles, Aymeric Jacq, Thibault Martin, Raphaël Ollando, Adrien Painchault)

   

       Un grand merci à nos sponsors pour nous avoir fait confiance, à l’Estia pour avoir financé le transport et aux membres de l’association qui nous ont suivis et supportés tout au long de la coupe. Merci aussi à Jonathan Quilles (promo 2015) qui nous a coaché et aidé durant la coupe et sa préparation (ses conseils sur la coupe). 

Rendez-vous l’année prochaine !!!

Audrey P. (promo 2019)

Et si c’était avec un (sabre) laser que l’on vous proposait de travailler ….

Grâce à un précédent article, vous avez pu vous familiariser davantage avec l’impression 3D.
Aujourd’hui, nous allons vous faire découvrir une autre expérience, au même potentiel incroyable que l’impression 3D, et dans tous les cas un moyen supplémentaire de réaliser nos projets (toujours aussi fous !). Nous parlons bien entendu de la Découpe Laser !

Nous avons continué notre démarche d’organisation de séances pour apprendre à nos jeunes membres comment se servir de nos outils. Ici nous avons pu compter sur Dimitri, professeur à l’Estia, et membre de notre association prenant une part toujours plus importante dans le support de sa dynamique (et on l’en remercie !).

Rappel de détails importants :
Un laser ne se regarde pas directement !


Pour autant, cet article a pour objectif de vous donner envie de regarder ce que le laser réalisera pour vous.
Et la machine dispose de sécurités, notamment le fait que l’on ne peut pas ouvrir l’accès à la zone de travail sans couper la génération du laser.

Préparation de votre découpe laser :

Notre machine peut découper des plaques de 40x60cm (donc offrir une surface de 39,5×59,5 cm pour ce que vous découpez).
On dit « plaque » en pensant au bois, au contre-plaqué, au plexiglas. Mais cela fonctionne très bien sur le cuir !
(Des essais sont en cours pour le plastique).
Mais attention : on ne découpe pas de PVC, de métaux, de carbone et tout ce qui pourrait contenir du chlore (le dichlore, nocif, serait créé).
La génération du laser au niveau de la zone de travail implique des dispositifs optiques. Autrement dit on ne peut pas découper une épaisseur infinie. Ici on ne peut pas découper sur plus de 6mm.

Etape 1 :

Prendre en main le logiciel (LaserCut).
Tout comme le besoin de modèle 3D pour une impression 3D, ici il vous faut un modèle de découpe et de gravure. Vous connaissez Catia, vous allez connaître LaserCut !
Celui-ci consomme des fichiers .dxf (et vous le savez déjà, Catia propose ce format d’enregistrement).
Avec LaserCut, vous pouvez dessiner, et ensuite paramétrer quels traits sont de la découpe ou de la gravure.


Un mot pour la gravure : si vous souhaitez graver votre logo préféré ou une image détaillée, le logiciel Inkskape pourra vous aider à créer le .dxf.

Etape 2 :

Ok vous avez votre dessin en .dxf. Il faut maintenant utiliser LaserCut pour paramétrer les traits de découpe, les traits de gravure.
Le logiciel utilise les couleurs pour distinguer les traits possédant des paramètres différents de découpe ou de gravure. Les valeurs courantes pour ces paramètres sont répertoriées par les utilisateurs afin de guider les nouveaux utilisateurs ou pour référencer les tests. Bref vous aurez forcément des exemples sur lesquels vous appuyer pour entrer vos paramètres.
Astuces : « zoom to object » permet de centrer la vue pour voir tous les traits dessinés. Cela permet de retrouver d’éventuelles pièces perdues de vue au cours de votre travail.
Au niveau des couleurs : éviter le rouge, c’est la couleur utilisée pour montrer les traits sélectionnés (il n’y aura donc pas de risque de confusion ou d’oubli).

Etape 3 :

L’ordinateur présent en salle méca est directement relié à la découpe laser. Ainsi lorsque votre dessin de découpe et le paramétrage est terminé, petite sauvegarde bien entendu, puis il suffit de downloader votre dessin vers la découpe laser.
C’est alors elle qui permet de prendre en charge la commande du laser.
A ce moment-là vous pouvez placer la plaque à découper dans la machine, utiliser les options de tests pour vérifier que le parcours du dessin par le laser va bien rester sur cette plaque. Puis lorsque tout est prêt, veiller à fermer le couvercle, lancer la découpe, et à admirer tranquillement l’apparition de votre dessin ou de la découpe de votre objet.

 

L’Estia possède donc une découpe laser, accessible dans nos locaux.
Vous pouvez actuellement l’admirer en fonctionnement pendant le stage qu’effectue notre collègue et ami Estien, Stelian (Camara, promo 2018). Il perfectionne pour une de ses missions cette découpe laser, tout en continuant les tests initiés par Dimitri et d’autres membres de notre association.
Ici, Stelian fait une découpe originale : celle qui permet de rendre souple un objet.


La machine n’a pas encore fêté ses 1 an parmi nous mais elle participe déjà beaucoup à nos projets. L’an prochain, elle pourra certainement être envisagée pour des éléments des robots de la Coupe de France de Robotique. Et cela reste un outil formidable de prototypage que nous pouvons mettre à disposition des entreprises !
N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’infos.
A.P. (promo 2018)

La relève est assurée !

Hier soir s’est déroulée la toute première réunion de notre nouveau bureau, l’occasion de faire un article pour vous présenter les nouveaux membres du bureau et leur vision.

 

D’abord un petit mot sur la soirée de passation qui s’est déroulée vendredi 7 avril . Avec une vingtaine de membres de l’association nous avons délibéré sous l’égide de Romain qui comptait les voix. A la succession d’Antoine-Marie, Aymeric prend la présidence de l’association. Audrey remplace Adrien en tant que responsable communication. La trésorerie sera confiée à Thibault à la place d’Hynek qui devient vice-président de notre association. La soirée s’est terminée sur un bilan de l’ancien bureau sur l’année écoulée en abordant notamment les gros progrès au niveau communication et le bon état des comptes.

(photo prise par Antoine Perrin avec l’appareil fourni par Julia Massy, un grand merci à eux!)

C’est maintenant au nouveau bureau de reprendre le flambeau et de se montrer à la hauteur!

L’heure est arrivée de présenter ses membres:

  • Le président: Aymeric JACQ (promo 2019)

Formation avant l’ESTIA: Bac STI GM, DUT GMP, Prépa ATS.

Intérêts: Robotique, mécatronique, jeux vidéos, basket-ball, voile, voyages, faire la fête, l’aide humanitaire.

  • Le vice-président: Hynek VIGNON (promo 2018)

Formation avant l’ESTIA:  licence physique, DUT GMP, semestre en Erasmus en République Tchèque, prépa ATS.

Intérêts: pédagogie, voyages, être Mc Gyver et le rhum.

  • Le trésorier: Thibault MARTIN (promo 2019)

Formation avant l’ESTIA: Bac SSI spécialité ISN, Prépa PTSI/PT.

Intérêts: Robotique, mécatronique, systèmes embarqués, jeux de rôles, partage, faire la fête avec les amis.

  • La vice-trésorière: Alexia ROLLAND (promo 2019)

Formation avant l’ESTIA: bac sti2d, prépa TSI.

Intérêts: Apprendre,  liberté de pouvoir réaliser des projets intéressants, équitation.

  • La secrétaire/ responsable communication: Audrey PORCHER (promo 2019)

Formation avant l’ESTIA:  Prépa PTSI/PT.

Intérêts: Robotique, design, conception de nouveaux objets, musique, danse.

  • Le vice-secrétaire/ responsable communication: Quentin PLISSON (promo 2018)

Formation avant l’ESTIA: BTS – ATI (Assistance Technique d’Ingénieur), prépa ATS.

Intérêts: La musique, la science, la lecture, la boxe et pleins d’autres trucs; apprendre et découvrir de nouvelles choses avec l’association comme moteur d’apprentissage.

A ce  bureau s’ajoutent aussi deux membres:

Formation avant l’ESTIA: Classes Préparatoires (PTSI-PT).

Intérêts: S’émanciper en participant à une association dynamique et en rencontrant des personnes avec les mêmes ambitions, s’améliorer en mécatronique.

  • Le responsable impression 3D: Théo MARIONNETTE (promo 2019)

Formation avant l’ESTIA: DUT Génie Mécanique et Productique.

Intérêts: Fabrication Additive (Impressions 3D), Bricolage, CAFÉ.

Nous nous sommes donc réunis tous ensemble ce vendredi pour discuter de nos rôles et objectifs pour l’année à venir.

(de gauche à droite : Hynek (absent car en formation au Chili), Aymeric, Audrey, Théo, Alexia, Adrien, Thibault, Quentin)


NOS SOUHAITS EN TANT QUE NOUVEAU BUREAU

1 – S’OUVRIR A L’EXTÉRIEUR : créer des événements et promouvoir la mécatronique et la robotique autour de nous.

2 – S’ENTRAIDER : partager notre savoir faire, nos connaissances et nos expériences.

3 – S’AMUSER EN TRAVAILLANT : donner du sens à notre formation et construire notre projet professionnel.


 

A.P. (2019) et Q.P. (2018)

Notre formation 5S

Suite de la présentation de nos travaux de formation des membres : ici la formation 5S !

Les habitués du site connaissent forcément ce terme : il existe un article dédié ici .

Donc non rassurez-vous il reste des choses à écrire !

Détaillons le déroulement de cette formation annuelle (ici 2 ème édition), assurée cette année par Romain Malherbe .

Comme on le devine sur la photo, cette formation commence avec des diapositives comme support, pour principalement exposer les éléments avancés sur le précédent article sur le sujet (définitions, objectifs, points clés, etc..), avec un discours adapté au format.

En revanche hors de question de rester sur ça : pas de cours magistraux à l’association EstiaSystem ! (Bien entendu pour la pratique, nos locaux sont un parfait terrain de jeu).

C’est pourquoi, en plus des questions pour enrichir l’interactivité de la formation, il y a aussi des exercices ludiques :

Ici un jeu pour illustrer l’importance d’organiser son matériel.

Observez cette suite (désordonnée, vous avez remarqué) de nombres : on vous demande de pouvoir compter en retrouvant tous les nombres dans l’ordre. Le plus rapide est alors respecté, et tout le monde s’amuse à faire l’exercice jusqu’au bout.

Par la suite on change les conditions pour progressivement comprendre le lien avec les enseignements du 5S.
Succès garanti pour intégrer une compétition saine pendant l’exercice. Avec une assurance d’avoir assimilé ce qui se passe lorsque l’on ignore les enseignements du 5S alors que l’on a un objectif à remplir avec une contrainte de temps au-dessus de la tête.

Enfin, une fois n’est pas coutume, le cours était suivi d’une soirée dans nos locaux, où on peut bien manger et bien boire (attention, pas d’alcool ici..) dans l’ambiance détendue chère à notre association.

Vivement l’année prochaine pour assurer la troisième édition de cette formation, où on pourra continuer à transmettre ce que Romain nous a appris, et pour continuer l’héritage de sa formation : nos locaux toujours plus agréables à utiliser sur nos projets !

A.P. (promo 2018)

Coup de projecteur sur la Borne d’Arcade (feat Ludik’Estia)

On ne les arrête plus !

La Borne avance. Elle avance très bien même (!)

Comme vous l’apercevez, la CAO est terminée. Ce que vous ne voyez pas, on va vous le révéler maintenant.

Ce qui est fait : la liste du matériel, les schémas de câblage, la commande du matériel.

Ce qui reste à faire : la construction de la structure (attente de l’arrivée du matériel), la programmation et les tests (début des travaux la semaine prochaine avec de l’électronique similaire à celle qui sera utilisée).

Nous sommes donc très enthousiastes à la vue des progrès réalisés et n’arrêtons pas nos efforts sur ce projet inter-associations (EstiaSystem et Ludik’Estia).

Dernier point qui a son importance : la CAO ne montre pas ici le design final que va avoir la Borne (le jaune un peu poussin n’est pas définitif, loin de là).

Nous communiquerons davantage sur le sujet un peu plus tard car la participation des étudiant(e)s artistes de l’Estia sera désirée. Restez donc attentifs si vous souhaitiez une occasion de diffuser vos travaux artistiques ou de montrer vos talents en élaborant un design complet (!)

A.P. (promo 2018)

L’impression 3D n’a plus de secret pour nous!

Imprimer en 3D c’est une expérience incroyable, un moyen de réaliser nos projets les plus fous! Mais encore faut-il savoir comment s’y prendre…

L’arrivée des nouveaux membres de la promo 2019 c’est l’occasion d’apprendre et de faire quelques rappels. Voici ce que nous avons appris grâce à Denis, professeur à l’Estia mais surtout mentor et grand ami de notre association.

 

Etape 1

Avant toute chose, il faut réaliser un modèle 3D à l’aide d’un logiciel de conception assistée par ordinateur (CAO) ou importer un modèle 3D à partir de sites web tels que www.tracepartsonline.net ou www.thingiverse.com. Le fichier doit être mis au format STL.

Astuce : toute erreur éventuelle peut être visualisée et corrigée au moyen du logiciel NETFABB.

 

Etape 2

Il faut maintenant préparer l’impression 3D en ouvrant le fichier STL dans un logiciel « slicer » (généralement fourni avec l’imprimante) qui va découper le modèle en tranches et écrire les instructions pour l’imprimante!
C’est l’occasion de :
– visualiser et placer correctement l’objet sur le plateau
– ajouter du support si nécessaire
– utiliser la fonction « raft » (socle sous la pièce) ou «skirt »/ « brim » (socle autour de la pièce) pour assurer une meilleure adhérence de la pièce au plateau pendant l’impression
– régler les paramètres de l’imprimante (températures de la buse et du plateau, hauteur du plateau, épaisseur des couches, vitesse de la buse, …).

 

 

  Astuces :

– 2 logiciels libres : Slic3r et Cura. Cura détecte les fragilités de structure via une coloration rouge et permet d’ajouter du support en conséquence

– ne pas hésiter à ralentir la vitesse de la buse afin d’obtenir une meilleure finition

– chauffer le plateau et/ou ajouter de la laque permet une meilleure adhérence

– si le modèle ne possède aucune surface plane, il est possible d’imprimer l’objet en deux morceaux et d’ensuite venir les coller avec de la glue.

 

Etape 3

Dernière étape, effectuer quelques vérifications :

– vérifier que la bobine est bien en place et que la quantité de fil est suffisante
– s’assurer que le plateau d’impression et la buse sont bien dégagés.

   Astuces :
– un bon matériau d’impression : le PLA, plastique recyclable non nocif
– pour obtenir un aspect bien lisse, l’acétone permet de supprimer les stries après impression.

We are ready to print! 😀

En cas de problèmes d’impression il ne faut pas hésiter à faire des essais en changeant certains paramètres de l’imprimante (hauteur du plateau, température, vitesse, définition,…) 😉

ESTIA SYSTEM dispose de 2 imprimantes 3D qui permettent de construire nos robots pour la coupe de France de robotique, de réaliser des projets personnels mais aussi de réaliser des prototypes pour des entreprises! N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’infos.

A.P. (promo 2019)

Quentin’s Cigar box guitar

Mercredi 22 février 2017

ESTIA SYSTEM c’est l’élaboration de robots et la participation chaque année à la Coupe de France de Robotique… mais pas seulement ! C’est aussi des projets pour l’école comme le Beer-Pong ou la borne d’arcade ainsi que des projets personnels comme la Cigar box guitar de Quentin.

La quoi??

Une Cigar Box Guitar est une guitare dont la caisse de résonance est une boîte à cigare. Plutôt original non ? Ce type de guitare est principalement utilisé par les Bluesmen pour son timbre particulier et peut avoir une corde ou plus. Quentin a choisi de fabriquer une guitare à 4 cordes, ce qui lui permettra de l’accorder comme un banjo.

 

Ce projet est actuellement en cours et a pu avancer grâce aux conseils d’autres membres de l’association. La partie menuiserie est terminée, il faut maintenant installer la mécanique, les frettes (barrettes sur le manche de la guitare) et le micro qui permettra d’amplifier le son. Avec sa guitare et son bottleneck*, Quentin pourra bientôt animer les soirées de l’asso. Mais ceci n’est qu’un des nombreux projets de notre association que nous continuerons de vous faire découvrir 😉 .

* tube en verre ou en métal que le guitariste droitier place sur un doigt de la main gauche et qui donne un son métallique lorsqu’il glisse sur la guitare.

 

Samedi 04 mars 2017

La guitare est bientôt finie!